What I cannot see / Installations

Vues aveugles

2010

En italien, la veduta, la vue, signifie en peinture, la fenêtre qui, grâce au cadre qu’elle introduit, crée une vue ouvrant sur un second espace. En cela la fenêtre est à l’origine de l’invention du paysage en tant que celui-ci est la construction en perspective d’une vue sur l’espace lointain. A contrario, la fenêtre murée qui barre la construction ne laisse aucune place à la représentation.
Très présente dans nos villes, la fenêtre murée manifeste l’absence même d’espace de représentation et évoque le paysage perdu ou encore l’impossible paysage.

———————

[ENGLISH ]

———————-

De l’autre côté du regard…

2009-2010

Exhiber et souligner l’obstacle qui barre l’accès et qui suscite l’envie de regarder au-delà.
En suivant mon imagination et mes rêveries de promeneuse, j’invente un paysage rendu lointain par son inaccessibilité, alors que seuls quelques mètres nous séparent du dessin aux murs.
Derrière les lourds parpaings et la grille imposante, un dessin suggérant un paysage maritime, comme un dessein d’élargir l’espace mental et celui de la salle.

Montrer l’horizon comme un espace infini, et ainsi semer des doutes sur notre rapport à l’espace perceptible : le volume entre la grille et les trois murs se mesure à l’échelle de notre réel et aussi à celle, déformée, du dessin.