L’A7 à 0.7km/h

En suivant les abords de l’autoroute A7 à pied, je prends note par la photo et le croquis de paysages urbains et sociaux. Attirée en premier lieu par la beauté des grands ouvrages du XXe siècle et par l’esthétique béton, j’ai commencé à suivre ce parcours à la recherche de témoins ayant vécu la transformation de Marseille et la destruction de leur propre quartier, celle-ci étant causée par la construction de cette autoroute en 1950. J’ai découvert tout un monde sous et à côté de l’autoroute. Y trouvant autre chose que ce que je cherchais, je me suis intéressée aux nouveaux espaces de sociabilité qui s’y forment, conséquence paradoxale de la destruction de quartiers et donc de la vie de quartier qui y a existé.

——————

[ENGLISH ]