En explorant à pied des territoires hostiles et méconnus, je puise la matière qui nourrit mon travail.
L’approche pédestre me permet d’opérer à un déplacement du regard sur un lieu ou une construction : le point de vue que je choisis invite à les voir autrement.
Je garde des éléments reconnaissables en utilisant un mode d’expression figuratif et fidèle à son modèle afin d’offrir des repères.
Le questionnement engendré par le déplacement de point de vue sur les lieux sélectionnés est accentué par le fait que je n’en montre que des fragments. Ainsi sorti de son contexte, l’élément représenté devient difficilement identifiable et interroge sur son propre sens.
J’appelle « part invisible » ces tranches de paysages cachées de la vue, souvent délaissées et non maîtrisées ou en rupture avec leur environnement ; au-delà d’une simple perception visuelle de ces lieux, je montre la présence de forces de la nature et du vivant, de l’apesanteur, le vide et le plein, la construction, la destruction, le temps…
Des zones de mes dessins vrillent, donnant une sensation de chute ou de flottement de l’objet représenté, pour en révéler le caractère inaliénable et insaisissable.
———————

[ENGLISH ]